Belcea Quartet

Corina Belcea, violon
Axel Schacher, violon
Krzysztof Chorzelski, alto
Antoine Lederlin, violoncelle

Dimanche/Sonntag
15.04.2018 : 17h00 

Salle de la Loge / Logensaal  
Biel - Bienne

JOSEPH HAYDN (1732-1809)
Streichquartett D-Dur, op. 20 Nr. 4, Hob. III:34 (1772)
  Allegro di molto
  Un poco adagio affettuoso
  Menuetto. Allegretto alla zingarese
  Presto scherzando

GYÖRGY LIGETI (1923-2006)
Quatuor à cordes n° 1, « Métamorphoses nocturnes » (1953-1954)

ANTONÍN DVOŘÁK (1841-1904)
Streichquartett Nr. 12 F-Dur, op. 96, «Amerikanisches» (1893)
  Allegro ma non troppo
  Lento
  Molto vivace
  Finale. Vivace ma non troppo

Lorsque Joseph Haydn écrit son opus 20, il pose sur le papier l’un des premiers exemples d’un genre nouveau et promis à un avenir brillant: le quatuor à cordes. Deux siècles plus tard, on mesurera ce long chemin parcouru en écoutant le Quatuor n° 1 de György Ligeti, un témoignage de jeunesse dont le sous-titre «métamorphoses nocturnes» peut être lu en référence au modèle de Béla Bartók, à son goût de la transformation thématique et des ambiances oniriques. Cette partition s’avère aussi prometteuse et annonciatrice de l’un des grands novateurs du 20e siècle. Entre ces deux ouvrages, le Quatuor «américain» fut écrit pendant la période qu’Antonín Dvořák passa dans l’est des Etats-Unis. Il avait été chargé par la présidente du National Conservatory of Music de New York de forger un répertoire de musique classique libéré des influences européennes, une mission qui l’amena à étudier des chants et des mélodies folkloriques du Nouveau Monde et à en insérer certaines caractéristiques dans ses œuvres.
Haydn, Dvořák et Ligeti: trois opus fondateurs interprétés par l’un des meilleurs ensembles d’aujourd’hui, le Quatuor Belcea.