Éditorial

Chères amies et chers amis mélomanes,

La Société Philharmonique de Bienne inaugure cette année un projet de grande envergure, échelonné sur trois saisons musicales. 2020 marquera en effet les 250 ans de la naissance de Ludwig van Beethoven, occasion de fêter dès maintenant le compositeur et l’immense héritage musical, mais aussi spirituel et symbolique qu’il nous a laissé. Un héritage dont tant la force que la modernité fascinent et perdurent à travers les siècles.

Comme première étape, mars 2019 sera l’occasion d’entendre les cinq sonates pour violoncelle et piano de Beethoven, dans une interprétation de haute volée proposée par deux musiciens d’exception, Nicolas Altstaedt et Alexander Lonquich. Cette intégrale est le prélude à une plus grande entreprise: nous vous révélons dès maintenant qu’en 2020, parmi d’autres audaces, nous programmerons les trente-deux sonates pour piano du compositeur, l’un des plus importants sommets de l’histoire de la musique.

Ponctuée d’accents beethovéniens, la saison 2018-2019 sera aussi variée et pleine de couleurs contrastées. Le piano visionnaire de Roger Muraro, l’effervescence juvénile des frères Arthur et Lucas Jussen, la perfection du flamboyant Quatuor Ébène, le chant limpide et passionné de la cantatrice catalane Núria Rial ou encore la palette sonore à la fois raffinée et sauvage de Nemanja Radulovic vont se succéder comme un arc-en-ciel de rencontres radieuses et prometteuses. N’oublions pas, enfin, la découverte d’un jeune virtuose du piano, le lauréat fraîchement désigné en juin 2018 du prestigieux Concours Géza Anda, dont la Société Philharmonique de Bienne est un partenaire privilégié depuis des années.

Voilà autant d’évènements musicaux auxquels nous nous réjouissons déjà, amies et amis mélomanes, de vous accueillir nombreux.

Rada Petkova et Fabrizio Ventura, direction artistique